11/06/2011

Paris ( suite )

 

Au détour d’une de mes promenades à Paris en mai , j’ ai suivi de rue en rue un itinéraire improvisé , puis je suis tombée en arrêt devant une entrée d’immeuble .

Le n° 1 de la rue de Beaune ( 7 ème arrondissement ) . Cette entrée a attiré mon attention d’abord par son état de dégradation avancée . Et aussi par la beauté de sa décoration . Une belle porte , complètement pourrie à sa base au point de devoir de toute urgence nécessiter des greffes . Deux sphynges sur le dessus tombant en ruine .

Je l’ai pris en photo dans tous les sens .

J’étais toute à ma contemplation quand je fus abordée par un monsieur habitant dans la rue  , il promenait son chien . Nous avons discuté du sort de ce patrimoine en perdition et de l' évolution  de cet immeuble .

Il m’a dit que les copropriétaires de l’immeuble avaient préféré consacrer de l’argent  pour décorer leur cour intérieure plutôt que de pourvoir aux travaux de l’entrée de l’immeuble .

J’ ai trouvé que ces préoccupations concernant le patrimoine privé de Paris étaient  , somme toute , très semblables aux nôtres qui vivons à Liège .

 

P1060559.jpg

 

 

Après quelques recherches voici ce que j'ai trouvé sur le n° 1 rue de Beaune , notice de 1857

(…)

Le n°1, rue de Beaune, est la maison où Voltaire cessa de vivre , âgé de 84 ans, le 30 mai 1778. Le curé de Saint-Sulpice refusa d'inhumer son illustre paroissien, mais il permit qu'on transférât ses dépouilles mortelles à l'abbaye de Scellières ;

Le commendataire de cette abbaye était l'abbé Mignot, qui présida à l'enterrement malgré l'évêque de Troyes. Chacun sait que douze ans plus tard les cendres du philosophe étaient rapportées en triomphe dans cette ville, qui en avait eu peur avant qu'elles fussent tout à fait refroidies. Pourtant, dans une maladie, qui avait précédé la maladie mortuaire, Voltaire avait mandé rue de Beaune l'abbé Gauthier, chapelain des Incurables (des Incurables !) en disant :

Je ne veux pas qu'on jette mon corps à la voirie.

 

P1060554.jpg

 

Cette maison historique appartenait d'ailleurs, au marquis de Villette, que Voltaire traitait comme un fils, après avoir eu pour sa mère des sentiments auxquels pouvait être due cette survivance. Villette avait fait embaumer, avec une louable prévoyance, le corps de son hôte immortel et Mme Denis lui permit d'emporter le cœur au château de Ferney, quand il l'eut acquis.

(…)

P1060555.jpg

 

Ensuite , je suis allée à la découverte des petites galeries et des antiquaires qui foisonnent rue de Beaune .

Quai Voltaire , un antiquaire spécialisé dans le XIX ème et XX siècle mettait  en vente un meuble d'appui de Serrurier-Bovy  en Padouk , prix de vente 45.000 € . Quelle satisfaction , les Liégeois s'apprécient hors de nos frontières .

 

P1060569.jpg

L'opéra Garnier

P1060574.jpg

Un groupe qui fit scandale à son époque , la danse de Carpeaux . L'original est au musée d'Orsay , celui-ci est une réplique de Paul Belmondo

P1060576.jpg

Palais Garnier

P1060583.jpg

La place Vendôme

 

Ce samedi  11/06/11 à 11 h , je suis allé à la séance de dédicaces organisée à la librairie "La Commanderie " rue des airs  , à Liège . Les auteurs Ravenne et Giacometti , après un passage à Bruxelles , venaient présenter leur nouveau livre  : le septième Templier . Une dédicace très sympathique . J'espère qu'ils ont eu le temps de visiter un peu Liège .