04/04/2010

LIEGE RUE DES REMPARTS

La rue des Remparts est située à proximité de la rue Sainte Marguerite , et de la rue Saint Severin  d’un côté  , de l’autre , elle voisine la rue Hocheporte et  la rue de l’académie , on y accède des deux côtés par des escaliers .

De ces escaliers Liégeois faits de deux ou trois rangées de pavés de grès , maintenus par une bordure de pierre calcaire , de ces marches qui  s’adoucissent en paliers .

 

C'est un endroit  confidentiel  , bourré de charme .

 

Il y a de ces lieux à Liège , merveilleux , si proches du centre ville et  pourtant incroyablement calmes , comme retirés de l’agitation .  

Il n’est pas étonnant que cet endroit  ait été une terre d’élection d’ artistes et  d’ ateliers d’artistes .

 

La proximité du ciel  , sans doute  .

 

Si vous passez dans le coin ,  faites un détour  , succombez à cette fascination que dégage les lieux , adoptez une de ces maisons et installez à votre tour un atelier .

 

Toutes ces maisons attendent simplement qu’on les réveille , qu'on les aime .

.

Copie de P1040301

La rue des remparts est a deux pas de la rue Sainte Marguerite .

Copie de P1040299

 Une rue toute en escaliers , calme , champêtre .

Copie de P1040302

 .

Sander Pierron ( écrivain , journaliste, critique d'art ) se rendait  à Liège durant les années de guerre (14-18) tous les 15 jours donner des cours à l'Académie des Beaux arts . Il partait de Bruxelles le vendredi et rentrait le dimanche au crépuscule . Au début les trajets entre les deux villes duraient 8 à 10 heures , il était reçu et logé par des amis liégeois . Il fit la connaissance du peintre Ernest Marneffe dans le cabinet du Recteur de l'Académie , le graveur François Maréchal . Il sympathisa avec Marneffe , ce fut le début d'une amitié . 

Sander Pierron organisera une exposition à Bruxelles des oeuvres de Marneffe en 1920 , exposition qui remportera un franc succès , malheureusement Ernest  Marneffe devait décéder peu de temps après . 

.

Copie de P1040305

.

 Sander Pierron raconte à propos de l'atelier du peintre Marneffe , rue des Remparts :

( …) Le lendemain matin , j’allai à son atelier , au sommet de cette rue des Remparts d’où l’on découvre tout le panorama de la ville de Liège et où naguère j’étais venu dans un autre atelier , disputer parfois avec le bon statutaire Joseph Rulot . Si j’ai appris à apprécier Liège , à aimer Liège , c’est en communiant avec l’âme artiste de quelques Liégeois , et chacune des fortes impressions partagées avec ceux –ci a élargi ma curiosité , mon attention et mon penchant pour une vieille cité qui a l’origine parlait peu à mon cœur et à mon esprit . Les causeries , là-haut , entre ciel et terre , dans la petite maison du peintre , devinrent une des meilleures joie de mes séjours . A travers des confidences , en examinant des dessins , des études et des tableaux commentés par l’artiste je suivis l’existence de mon camarade et put marquer les étapes d’une existence déjà longue toute consacrée à la poursuite d’un idéal dont la beauté toujours renaissante entretient en lui l’ardeur d’une jeunesse inépuisable . (…) 

Dans Sander Pierron , Un peintre de la femme : Ernest Marneff , Edition du Pays Belge , Bruxelles , 1920

.

Copie de P1040306

 La maison du peintre Ernest Marneffe  , sur le dessus de la maison on aperçoit une verrière , probablement  l'atelier .

Voir  les archives ,  le Post " Liège-sensuel " du  23-11-2008

.

Copie de P1040308

Les escaliers du côté de la rue hocheporte  , au loin la basilique Saint Martin

Bibliographie : 

Sander Pierron , Un peintre de la femme : Ernest Marneff ,  Edition du Pays Belge , Bruxelles , 1920

 Jacques Parisse , Ernest Marneffe , 1866-1920 , peintre de la femme , Mardaga  , 2001 .

Copie de P1040340

.

Ce dimanche , j'ai contourné le parc du Cinquantenaire , car en raison de multiples travaux l'avenue de Tervuren n'était pas accessible  jusqu'au bout . En rejoignant l'avenue de Cortenberghe , juste derrière la mosquée , j'ai entrevu la silhouette d'un bâtiment cubique qu'il m'a semblé reconnaître .( en fait , je ne l'avais vu qu'en photo ) 

C'était le pavillon " des passions humaines" de Jef Lambeaux .

Voir le Post du 23-11-2008 , "Liège sensuel ".

Copie de P1040339

.

J'avais lu fin 2008  que sa restauration était programmée , mais en le voyant ce jour , on constate que s' il y a rénovation , elle n'est guère avancée , car il est dans un état désastreux .

Le pavillon a été conçu par Victor Horta , il abrite une oeuvre de Jef Lambeaux , qui illustre à merveille la violence des passions humaines . Une oeuvre qui dans un premier temps devait être exposée au regard du passant . 

Cette oeuvre a connu une mise à l'écart qui ne semble pas près de s'achever .

.

Copie de P1040342

.

Cette porte et son cadenas illustrent la destinée malheureuse d'oeuvres que les sots qualifient de "maudites" .

L'oeuvre de Jef Lambeaux était très forte pour son époque , et le reste encore actuellement . 

Je suis pessimiste quant à l'évolution des mentalités . Tous les jours dans la vie quotidienne on peut se rendre compte que la libération des corps et des esprits n'est plus d'actualité , une oeuvre comme celle de Jef Lambeaux doit révulser certains . 

Pourtant , pour l'art et son expression  , il y a des combats à mener . Au nom de la passion . 

 

 

 

 Prochain Post le dimanche 11 avril 2010 en soirée