06/12/2009

LIEGE HAIKU

La poésie en ville existe , je l’ai rencontrée .

Une libellule égarée qui suivait la rue Saint Remy , un gros pigeon tout à sa toilette dans une flaque d’eau près des Chiroux ... éblouie , je me suis arrêtée , j’ai observé la nature à l’œuvre .

Un  japonais , lui , aurait composé un Haiku .

Une poésie courte , un souffle  ,  un chef d’œuvre de concision .

Un poème qui doit révéler dans le même temps , l’immuable , l’éternité qui nous déborde , le fugitif , l’éphémère qui nous traverse . 

Une  modeste contribution au regard de l'univers .

Voici , quelques poésies anciennes qui gardent toute leur force d'évocation , on est ici dans l'intemporel .

. P1030702

Parc de la Boverie , la Dérivation

.

Au clair de lune

je laisse ma barque

Pour entrer dans le ciel

Koda Rohan (1867 - 1947)

.

P1020629
Jardin entre l'impasse de l'ange et l'impasse de la couronne   

.

Sans savoir pourquoi

j'aime ce monde

où nous venons pour mourir

Natsume Sôseki ( 1865 - 1915 )

.

P1000555

Quai Van Beneden , n°6 , Architecte Paul Jaspar , année 1897 . Commanditaire Charles Magnette , avocat et ministre d'état . Sgraffite néo-égyptien . Plusieurs niveaux de lecture :  ésotérique ,  la pesée des âmes ;  juridique , la référence à la loi . 

.

Devant l'éclair -

Sublime est celui

qui ne sait rien

 Matsuo Bashô (1644 - 1694)

.

P1010737

Le sgraffite restauré , surprenant , le fond bleu .  La photo précédente , montre quelques traces d'enduit bleu  persistant au ras de la corniche .

.

Coup de tonnerre

 dans le ciel bleu  -

 éclat du vrai dans l'homme

  Katô shûson  (1905-1993)

.

P1010887

.                                                      

 Dans la brume de printemps

 le vol blanc

 d'un insecte au nom inconnu

 Yosa Buson  (1716 - 1783)

.

"Le Haiku n’oublie jamais la danse frémissante de la partie et du tout . Oeuvrant à un ré- enchantement généralisé , il remercie la vie partout où elle s’improvise – de commencement en commencement . Suggérant , sollicitant – des vers luisants aux comètes , du grain de riz à la galaxie – une solidarité universelle du vivant , malgré la mort , malgré la souffrance . Il y a là  , entre intuition et attention , un sentiment d’appartenance à la totalité sensible . Une esthétique qui est toujours une éthique – une éthique de l’amour ultime ."

Corinne Atlan et Zéno Bianu , Haiku , Anthologie du poème court japonais , Gallimard

.

Sur une pierre

la libellule

rêve en plein jour

Taneda Santôka (1882 - 1940)

 

 

 Prochain Post le dimanche 13 décembre 2009 en soirée