15/11/2009

Liege Léonie de Waha

 

La façade présente des bas-reliefs : L'Etude, d'Adelin Salle, L'Insouciance de la jeunesse de Louis Dupont et de Robert Massart.

La cour de récréation est dominée par une mosaique d'Oscar Berchmans. La salle des fêtes est ornée de deux grandes fresques exécutées par Robert Crommelynck et Auguste Mambour. On trouve encore des oeuvres de Marcel Caron, d'Adrien Dupagne, de Ludovic Janssens, d'Edgar Scauflaire ou de Fernand Stéven.

Un cadre propice pour l'étude , un établissement reconnu de longue date pour ses projets pédagogiques

P1000176

 

Léonie de Waha  ( née le  31-03-1836  et décédée 08-08-1926 )

 

Léonie de Chestret ( épouse du Baron de Waha de baillonville ) était la fille du baron de Chestret de Haneffe, sénateur libéral (1846-1851) de Liège, et la nièce du savant Edmond de Sélys Longchamps.

 

 Formée par une série de gouvernantes qui lui donnent le goût de l’histoire et la connaissance de six langues, elle se proclame d’opinion libérale, démocrate, tolérante et croyante. Elle épouse le baron Victor de Waha de Baillonville, qui décède quatre ans plus tard, à l’âge de 31 ans. Veuve jeune, elle s'adonne à la philantropie , ouvre des écoles et des jardins d'enfants , fonde une école de coupe et couture . Elle fait construire des maisons ouvrières , maisons louées avec faculté d’en devenir propriétaire en seize ans. ( source : Paul Delforge )

 

   

P1000177

   http://www.athenee-de-waha.be/patrimoine.html

 Jusqu’au deuxième tiers du xixe siècle, il n’existait, à Liège, aucun établissement scolaire formant les jeunes filles à l’Université. À la demande du bourgmestre d’Andrimont et sous la forme d’une Société anonyme, Léonie de Waha achète un immeuble et y crée l’Institut supérieur de demoiselles (1868), repris ensuite par la ville de Liège (1878) et devenu Lycée de Waha. À l’Institut supérieur de Demoiselles, l’enseignement de chaque culte est donné par un prêtre de sa religion, avec faculté d’en être dispensé à la demande des parents. L’Institut est contesté par l’Évêque de Liège qui refuse d’admettre la présence d’un prêtre catholique, d’un pasteur et peut-être d’un rabbin dans un même établissement. Lorsque l’Institut est inauguré, Mgr de Montpellier excommunie tous ceux qui le fréquentent (direction, personnel enseignant, élèves et parents). Le successeur de Montpellier, Mgr Doutreloux, lèvera l’excommunication.

(Source : Paul Delforge )

 " L’échevin Georges Truffaut donne l’impulsion nécessaire au projet d’implanter l’établissement boulevard d’Avroy, à l’emplacement d’anciennes verreries. Les projets sont confiés à l’architecte de la Ville, Jean Moutschen. Le bâtiment est officiellement inauguré le 25 septembre 1938.

 L’établissement est aussi bien un modèle pédagogique qu’esthétique valorisant une architecture moderne et fonctionnelle qui n’oublie pas – caractéristique exceptionnelle – d’intégrer des œuvres d’art qui doivent contribuer à l’apprentissage de la beauté.

Isolé de la ville par son imposante façade, le Lycée est doté d’équipements permettant de multiples activités : salle des fêtes à l’acoustique excellente d’une capacité de 850 places, cour de récréation de 2.400 m2, internat de 90 chambres, gymnases et piscine, abri souterrain pour 1.000 personnes… Tout est conçu pour le confort des élèves et des enseignants. L’architecte a fait appel à des artistes tels que Crommelynck, Donnay, Mambour, Dupagne, Delsa, Massart, Dupont,… Ces artistes ont réalisé et signé des bas-reliefs, fresques, mosaïques, peintures sur toile, peintures sur verre et vitraux aux quatre coins de l’école; du bassin de natation, aux classes de chimie-physique en passant par la bibliothèque : vingt œuvres originales créées par dix-huit artistes. Le résultat est étonnant et fait de l’ancien Lycée un témoin incontournable de l’architecture moderne en Wallonie, aujourd’hui classé. " ( source : Pierre Henrion - journées du patrimoine )

 
Copie de P1030321

 

Une semaine à Marrakech . J'aurais pu rapporter des photos , mais ce que l'on voit là ( un autre monde ) est plutôt du domaine du ressenti , des impressions , des mots , et n'est pas bien rendu par la photo .     

    Les voyages, ça sert surtout à embêter les autres une fois qu'on est revenu !

[Sacha Guitry]